Du 3 au 7 septembre 2017 s'est tenu à Tel Aviv, la 7 ème édition du Festival de l’innovation DLD qui est l’une des plus grandes manifestations dédiées aux nouvelles technologies digitales.

L’édition précédente avait déjà accueilli 20 000 participants, dont 3 500 représentants étrangers, répartis dans 75 délégations. De plus la délégation Française présente lors du DLD 2015, accompagnée par Emmanuel Macron, avait remporté un franc succès.

Les plus grandes sociétés de High Tech s’y sont données rendez-vous (Google, Facebook, Yahoo), ainsi que plusieurs personnalités politiques dont le ministre de l’Economie Bruno Le Maire ainsi que  Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique et quelques férus du net.

Cet évènement était l’endroit  de rencontre entre Startups, PME et ETI du digital, mais encore de nombreux experts venu du monde entier. Ceci dans le but de développer des partenariats commerciaux et technologiques intéressants avec des sociétés de l’écosystème Israélien.

Cet espace exceptionnel était l’opportunité de réaliser des missions de veille et scouting technologique dont l’acteur Business France Israël est tout particulièrement compétent. C’est en compagnie de la French Tech et Business France que la France comptait marquer de nouveau ce Festival.

Bruno Le Maire, qui a donc effectué son premier déplacement au Proche-Orient depuis sa prise de fonction comme ministre de l’Economie et des Finances, a mis un point d’honneur au renforcement des liens économiques avec Israël. Ce déplacement à été placé sous le signe de l’innovation en présentant les transformations économiques et sociales engendrés par la France ainsi que la stratégie d’attractivité du nouveau gouvernement.

Un partenariat déjà existant dans ce domaine a pour objectif d’être renforcé. En effet les liens de ces deux pays se considérants mutuellement comme hautement innovantes, a permis à une délégation officielle de la ville de Marseille, composée d’une dizaine d’entreprises marseillais, de se présenter lors de l’évènement, en compagnie des adjoints au maire Daniel Sperling et Didier Parakian.

La présence française en Israël s’est sensiblement développée ces vingt dernières années. Une cinquantaine de filiales d’entreprises françaises emploient plus de 60000 personnes dans divers secteurs d’activité comme l’énergie, les télécommunications ou encore les transports.

Mais du point de vue de Bruno Le Maire, cette relation mutuelle entre les deux pays n’a pas atteinte son summum. « Je crois que nos relations économiques peuvent être encore  largement développée. Elles ne sont pas à la hauteur de l’amitié qui existe aujourd’hui entre la France et Israël ».

Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique voulait réaffirmer l’amitié entre la France et Israël. Le secrétaire d’état au Numérique français est allé à la rencontre de startups israéliennes dont celles qui ont le projet de s’installer en France et d’investisseurs israéliens pour promouvoir la coopération économique entre les deux pays et lever les freins à l’investissement en France. Il a voulu délivrer un message qu’il jugeait important : « Il y a d’une part en France des personnes qui veulent travailler avec Israël, créer des entreprises, investir en Israël, et d’autre part il y en a en Israël des Français et des non-Français qui ont très envie de travailler avec la France, investir dans des startups françaises. »

Israël demeure l’une des économies les plus dynamiques au monde en matière de R&D (environ 4,1% du PIB). L’objectif de ce déplacement a ainsi permis de consolider les liens économiques entre les deux pays, et pour la France d’amorcer un virage numérique comme Emmanuel Macron l’avait appelé dans ses vœux »